Enclave stratégique dans l’histoire de l’Andalousie. La ville touche le voyageur par son hospitalité et sa sobriété. Dans la forteresse de la Mota, dominant l’horizon, vous découvrirez le Centre d’Interprétation «Vida en la Frontera». Avant-garde et tradition se confondent au gré d’une expérience unique dont vous vous souviendrez.

À partir de 713, année de l’occupation musulmane, cette enclave a connu un grand essor, comme en témoignent les nombreuses ruines archéologiques que compte cette ville ; la Forteresse de la Mota étant la plus emblématique. En raison de sa physionomie, Alcalá la Real a été appelée al-Qalat (la forteresse), ce qui explique son nom aujourd’hui.

Elle a connu l’apogée de son passé andalusi au XIIe siècle sous le protectorat de la famille Banu Said. Au siècle suivant, Alcalá passait des mains des chrétiens à celles des arabes étant donné sa situation stratégique en première ligne de frontière d’un royaume à l’autre. Finalement, elle fut prise par le roi Alfonse XI en 1341, et passa sous le contrôle direct de la couronne qui y établit une abbaye royale. Alcalá devint le lieu principal à partir duquel entreprendre la conquête de Grenade.

Sa population actuelle s’élève à 23.000 habitants.